Situation sécuritaire au sud du pays

Nederlands

Ce document est une mise à jour partielle du COI Focus « Mali. Situation sécuritaire » du 10 février 2017. Il traite uniquement de la situation sécuritaire dans le sud du pays durant la période du 1er janvier 2017 au 1er février 2018. La situation sécuritaire dans les régions du nord et du centre a fait l’objet de deux COI Focus séparés1. Les recherches pour cette mise à jour ont été clôturées le 9 février 2018.

En mai et juin 2015, un accord de paix a été signé entre le gouvernement, une coalition de groupes armés pro-gouvernementaux dénommée la Plateforme et l’ex-rébellion touareg regroupée dans la Coordination des Mouvements de l’Azawad ou Coordination. Les groupes islamistes chassés des régions du nord du Mali par l’intervention militaire de 2013 se sont progressivement reconstitués. Ils sont en grande partie responsables, à partir de 2015, de l’insécurité qui s’est développée dans les régions considérées jusqu’alors stables du centre et du sud du pays.

En avril 2017, Abdoulaye Idrissa Maïga a été nommé premier ministre, dans un contexte social agité. En août 2017, le président Ibrahim Boubacar Keïta a décidé de surseoir à la tenue d’un référendum sur la révision de la Constitution décrié par l’opposition et la société civile. En décembre 2017, le premier ministre a remis sa démission et celle de son gouvernement. Il a été remplacé par Soumeylou Boubeye Maïga. Les élections locales et régionales prévues en décembre 2017 ont été reportées à avril 2018, en raison notamment de l’insécurité dans le nord et le centre du pays. L’élection présidentielle devrait se tenir en juillet 2018, suivie par des élections législatives en novembre 2018.

Certaines mesures prévues par l’accord de paix de 2015 ont été adoptées. En 2017, des autorités intérimaires ont été mises en place dans les cinq régions administratives du nord du pays. Des patrouilles mixtes, composées de combattants des parties signataires de l’accord de paix et des forces de défense et de sécurité, chargées de ramener la sécurité dans le nord, étaient opérationnelles à Gao en février 2017, elles ne l’étaient par contre toujours pas à Kidal et Tombouctou fin 2017. En septembre 2017, un pacte de cessation définitive des hostilités a été conclu entre groupes armés signataires de l’accord de paix après qu’une série d’affrontements les aient opposés dans le nord du pays. L’ONU souligne que les conditions de sécurité ont continué malgré tout à se dégrader, en raison de l’augmentation du nombre d’attaques menées par les groupes djihadistes dans le nord et de violences dans le centre du pays. Fin octobre 2017, l’Assemblée nationale a prolongé d’un an l’état d’urgence.

Les forces armées maliennes disposent de 13.000 hommes, la MINUSMA compte près de 12.000 militaires et 1.700 policiers et l’opération française Barkhane dispose de 4.000 militaires déployés au Tchad, au Mali et au Niger. Le Conseil de sécurité de l’ONU avait par ailleurs approuvé en juin 2017 le déploiement d’une force antiterroriste dans la sous-région, le G5 Sahel. Deux opérations contre les groupes djihadistes intervenant dans la zone frontalière entre le Mali, le Burkina Faso et le Niger ont été menées jusqu’à présent.

Dans le sud du Mali, les acteurs de l’insécurité sont le GSIM et le FLM, deux groupes terroristes affiliés à AQMI. La période couverte par ce rapport a principalement été marquée par des attaques asymétriques et des enlèvements sporadiques. Les forces de défense et de sécurité nationales et internationales, les représentants de l’Etat malien et des ressortissants occidentaux ont été ciblés. Quelques incidents violents ont affecté les régions situées au sud du pays (Kayes, Koulikoro et Sikasso) et le district de Bamako. Les sources consultées indiquent que le sud a été moins impacté par la violence que le nord et le centre du pays.

Beleid

Het beleid dat de commissaris-generaal voert, is gestoeld op een grondige analyse van nauwkeurige en actuele informatie over de algemene situatie in het land van oorsprong. Die informatie wordt op professionele manier verzameld uit verschillende objectieve bronnen, waaronder het EASO, het UNHCR, relevante internationale mensenrechtenorganisaties, niet-gouvernementele organisaties, vakliteratuur en berichtgeving in de media. Bij het bepalen van zijn beleid baseert de commissaris-generaal zich derhalve niet alleen op de op deze website gepubliceerde COI Focussen opgesteld door Cedoca, dewelke slechts één aspect van de algemene situatie in het land van herkomst behandelen.

Uit het gegeven dat een COI Focus gedateerd zou zijn, kan bijgevolg niet worden afgeleid dat het beleid dat de commissaris-generaal voert niet langer actueel zou zijn.

Bij het beoordelen van een asielaanvraag houdt de commissaris-generaal niet alleen rekening met de feitelijke situatie zoals zij zich voordoet in het land van oorsprong op het ogenblik van zijn beslissing, maar ook met de individuele situatie en persoonlijke omstandigheden van de asielzoeker. Elke asielaanvraag wordt individueel onderzocht. Een asielzoeker moet op een voldoende concrete manier aantonen dat hij een gegronde vrees voor vervolging of een persoonlijk risico op ernstige schade loopt. Hij kan dus niet louter verwijzen naar de algemene omstandigheden in zijn land, maar moet ook concrete, geloofwaardige en op zijn persoon betrokken feiten aanbrengen.

Voor dit land is geen beleidsnota beschikbaar op de website.

Land: 
Mali

Nieuw adres CGVS