Le traitement réservé par les autorités nationales à leurs ressortissants de retour dans le pays

Nederlands

Le présent rapport est une mise à jour du COI Focus daté du 14 juin 2019. Il s’intéresse à l’attitude des autorités congolaises vis-à-vis de leurs ressortissants de retour après avoir quitté illégalement la République démocratique du Congo (RDC) et/ou avoir introduit une demande de protection internationale en Belgique et/ou y avoir séjourné. Le traitement que réservent les autorités aux ressortissants de retour en raison de leur profil politique, ethnique, religieux ou terroriste ne fait pas l’objet de cette recherche.

Le retour dans le pays d’origine doit être envisagé lorsque l’étranger ne réunit plus les conditions requises pour son séjour en Belgique. Ce retour peut être volontaire ou forcé.

Ce rapport couvre la période allant de mai à décembre 2019. La recherche documentaire pour cette mise à jour s’est clôturée le 17 décembre 2019.

La RDC est le troisième plus grand pays de déplacement avec 5,1 millions de personnes, comprenant 4,4 millions de déplacés internes, 620.800 réfugiés et 136.400 demandeurs de protection internationale. La majorité des réfugiés de la RDC ont été accueillis par des pays voisins (Ouganda, Rwanda, Burundi).

A l’heure actuelle, un rapport de Justice et paix estime qu’environ 80.000 Congolais vivent en Belgique. Les Congolais viennent en Belgique principalement pour études, motifs familiaux et en raison des conflits qui perdurent en RDC. En 2017, 2018 et 2019, la Belgique occupe la troisième position en terme du nombre de demandes de protection internationale introduites dans l’Union européenne par des Congolais, après la France et la Grèce.

Sous le gouvernement Kabila, la Belgique a mené en RDC (depuis 2006) des campagnes de prévention de l’immigration irrégulière pour décourager les Congolais de migrer et de demander la protection internationale en Belgique. Il n’y a pas eu de telle campagne organisée depuis l’arrivée à la présidence de Felix Tshisekedi.

Sur le plan politique, les relations ont été très tendues entre les deux pays durant les dernières années du gouvernement Kabila. Elles se sont améliorées depuis la prestation de serment du nouveau président début 2019 et la visite de ce dernier en Belgique courant septembre 2019.

En 2006, un protocole d'accord (Mémorandum of Understanding) a été conclu avec la RDC pour faciliter le retour des demandeurs de protection internationale déboutés et des immigrants illégaux. Selon les sources consultées, cet accord fonctionne très bien dans la pratique et des retours volontaires ou forcés sont organisés depuis plusieurs années de Belgique vers la RDC.

A leur arrivée à l’aéroport de Njdili, les personnes concernées par un retour forcé à Kinshasa en provenance de Belgique font l’objet d’une identification.

Catherine Ramos, de l’ONG Justice First, est la seule source qui mentionne des détentions et mauvais traitements consécutifs à un rapatriement forcé de Congolais (en provenance de Grande-Bretagne). Les autres sources consultées ne relèvent pas de tels problèmes.

L’organisation Getting the Voice Out a publié un communiqué lors du dernier rapatriement collectif organisé le 26 mars 2019 par la Belgique vers la RDC mais ne donne aucune information relative à l’accueil des Congolais dans leur pays d’origine.

Le rapport des autorités américaines précise que des contrôles ont lieu aux postes frontières, durant lesquels les personnes (pas de profil spécifique précisé) peuvent être harcelées ou victimes d’extorsion (voire détenues jusqu’à ce qu’elles paient).

Les autres sources contactées (l’Office des étrangers dont l’officier d’immigration en poste à Kinshasa et le conseiller à la section Identification et éloignements de la direction Contrôle intérieur, l’Organisation internationale pour les migrations) ne signalent pas de problèmes rencontrés par des Congolais rapatriés volontairement ou de force de Bruxelles vers Kinshasa durant la période visée. 

Depuis la publication du COI Focus de juin 2019, le Cedoca a relevé un cas problématique d’une personne arrêtée à Ndjili à son retour d’un séjour en Belgique (et donc pas dans le cadre d’un rapatriement) en raison de son profil politique.

Beleid

Het beleid dat de commissaris-generaal voert, is gestoeld op een grondige analyse van nauwkeurige en actuele informatie over de algemene situatie in het land van oorsprong. Die informatie wordt op professionele manier verzameld uit verschillende objectieve bronnen, waaronder het EASO, het UNHCR, relevante internationale mensenrechtenorganisaties, niet-gouvernementele organisaties, vakliteratuur en berichtgeving in de media. Bij het bepalen van zijn beleid baseert de commissaris-generaal zich derhalve niet alleen op de op deze website gepubliceerde COI Focussen opgesteld door Cedoca, dewelke slechts één aspect van de algemene situatie in het land van herkomst behandelen.

Uit het gegeven dat een COI Focus gedateerd zou zijn, kan bijgevolg niet worden afgeleid dat het beleid dat de commissaris-generaal voert niet langer actueel zou zijn.

Bij het beoordelen van een asielaanvraag houdt de commissaris-generaal niet alleen rekening met de feitelijke situatie zoals zij zich voordoet in het land van oorsprong op het ogenblik van zijn beslissing, maar ook met de individuele situatie en persoonlijke omstandigheden van de asielzoeker. Elke asielaanvraag wordt individueel onderzocht. Een asielzoeker moet op een voldoende concrete manier aantonen dat hij een gegronde vrees voor vervolging of een persoonlijk risico op ernstige schade loopt. Hij kan dus niet louter verwijzen naar de algemene omstandigheden in zijn land, maar moet ook concrete, geloofwaardige en op zijn persoon betrokken feiten aanbrengen.

Voor dit land is geen beleidsnota beschikbaar op de website.

Land: 
Democratische Republiek Congo

Nieuw adres CGVS