Gaza. Situation sécuritaire

Nederlands

Ce rapport met à jour un document publié le 23 mars 2021. Il dresse un état des lieux de la situation sécuritaire dans la bande de Gaza, en particulier durant la période du 15 mars au 21 août 2021, qui a vu se dérouler un quatrième conflit entre Israël et le Hamas, du 10 au 21 mai. La situation humanitaire ne fait pas partie des sujets traités.

Le Cedoca est confronté à une surabondance d’informations sur la situation sécuritaire dans le Territoire palestinien. Il propose ici une synthèse des principaux faits en vue de faciliter la compréhension du conflit et de ses récents développements dans la bande de Gaza.

Cette recherche a été clôturée le 23 août 2021.

Depuis la prise de pouvoir de la bande de Gaza par le Hamas en 2007 et le blocus israélien qui l’a suivi, la situation sécuritaire dans la bande de Gaza est caractérisée par une alternance d’accrochages qualifiés de faible niveau entre les forces israéliennes et le Hamas. Des escalades de violences, courtes mais intenses, surviennent lorsqu’une des parties a dépassé certaines limites. Le Hamas utilise les tirs de roquettes, le lancer de ballons incendiaires et la violence frontalière pour contraindre Israël à relâcher le blocus sur le territoire et ses habitants. Les forces de défense israéliennes recourent à des frappes aériennes ou intensifient la sévérité du blocus pour obtenir un retour au calme.

Après plusieurs semaines de tension et d’affrontements à Jérusalem-Est entre des civils palestiniens et la police israélienne, un nouveau conflit a opposé Israël et le Hamas dans la bande de Gaza du 10 au 21 mai 2021. Selon l’OCHA, il s’agit de la plus grave escalade de violence depuis la guerre de 2014. De nombreux tirs de roquettes, parfois de longue portée, sur le territoire israélien ont fait onze victimes civiles et des centaines de blessés, légers pour la plupart, tandis que les bombardements de représailles par les forces de défense israéliennes ont entraîné la mort de 119 civils palestiniens, la moitié étant des mineurs, et ont blessé plus de 2.200 personnes. Fin juillet, 8.220 Palestiniens déplacés vivaient toujours chez des proches ou dans un logement alternatif. Les frappes israéliennes, qui ont notamment ciblé des souterrains du Hamas situés sous des zones résidentielles, ont détruit 1.255 logements, ont sévèrement endommagé 918 logements devenus inhabitables et ont légèrement endommagé 50.000 logements. Des infrastructures scolaires et de santé, de distribution et d’assainissement de l’eau, des lignes électriques et de nombreuses entreprises et bâtiments commerciaux ont été touchés. L’économie palestinienne, déjà très fragilisée par le blocus israélien, les conflits successifs et la crise du Covid-19, s’est encore détériorée.

Durant les semaines qui ont suivi le cessez-le-feu intervenu le 21 mai 2021, la situation est demeurée calme sur le terrain, ponctuée néanmoins par le lancer sporadique de ballons incendiaires vers le territoire israélien et des frappes ciblées de représailles. Le 16 août, une roquette palestinienne a atterri sur le territoire israélien. Des affrontements entre des Palestiniens et l’armée israélienne ont eu lieu le long de la clôture le 21 août, en marge d’une manifestation organisée par le Hamas. Israël a rouvert le 13 août le passage d’Erez à certains travailleurs, augmenté les quotas d’importations et exportations et a accepté six jours plus tard, sous certaines conditions, la reprise du transfert d’argent par le Qatar à des familles pauvres de Gaza.

Selon les statistiques de l’OCHA, du 1er janvier au 16 août 2021, 119 civils palestiniens ont été tués par les forces israéliennes dans le cadre du conflit israélo-palestinien et du 1er janvier au 20 août 2021, 2.229 ont été blessés dans ce même contexte. Presque toutes les victimes et les blessés ont été touchés durant l’opération israélienne au mois de mai. C’est du nord du territoire (Gaza, Beit Lahiya et Beit Hanoun) que provient le plus grand nombre de victimes.

Beleid

Het beleid dat de commissaris-generaal voert, is gestoeld op een grondige analyse van nauwkeurige en actuele informatie over de algemene situatie in het land van oorsprong. Die informatie wordt op professionele manier verzameld uit verschillende objectieve bronnen, waaronder het EASO, het UNHCR, relevante internationale mensenrechtenorganisaties, niet-gouvernementele organisaties, vakliteratuur en berichtgeving in de media. Bij het bepalen van zijn beleid baseert de commissaris-generaal zich derhalve niet alleen op de op deze website gepubliceerde COI Focussen opgesteld door Cedoca, dewelke slechts één aspect van de algemene situatie in het land van herkomst behandelen.

Uit het gegeven dat een COI Focus gedateerd zou zijn, kan bijgevolg niet worden afgeleid dat het beleid dat de commissaris-generaal voert niet langer actueel zou zijn.

Bij het beoordelen van een asielaanvraag houdt de commissaris-generaal niet alleen rekening met de feitelijke situatie zoals zij zich voordoet in het land van oorsprong op het ogenblik van zijn beslissing, maar ook met de individuele situatie en persoonlijke omstandigheden van de asielzoeker. Elke asielaanvraag wordt individueel onderzocht. Een asielzoeker moet op een voldoende concrete manier aantonen dat hij een gegronde vrees voor vervolging of een persoonlijk risico op ernstige schade loopt. Hij kan dus niet louter verwijzen naar de algemene omstandigheden in zijn land, maar moet ook concrete, geloofwaardige en op zijn persoon betrokken feiten aanbrengen.

Voor dit land is geen beleidsnota beschikbaar op de website.

Land: 
Palestina, Staat